Douance et perfectionnisme (5)

Dernière mise à jour : il y a 4 jours

Note: Cet article est le dernier d'une série de 5 sur la douance intellectuelle


Le perfectionnisme est une caractéristique de la douance controversée : est-ce que le perfectionnisme est une condition sine qua non de la douance intellectuelle ? Pour certains oui et pour d’autres non. Une fois de plus, la nuance est de mise.

Commençons par définir le perfectionnisme. Selon Brasseur et Cuche (2017), « au niveau théorique, le perfectionnisme est considéré comme un trait de personnalité relativement stable chez une personne ». Les différents auteurs présentent généralement le perfectionnisme selon son influence positive ou négative sur l’individu (Brasseur et Cuche (2017), Caron et ses collaboratrices (2021), Clobert et Gauvrit (2021)). On parle ainsi de perfectionnisme positif et de perfectionnisme négatif.


Le perfectionnisme positif est aussi appelé perfectionnisme sain, ambition perfectionniste (Bélanger, 2020) ou perfectionnisme orienté vers soi (Hewitt, 2020). Il est caractérisé par le fait de se fixer des objectifs, des attentes élevées (envers soi-même et à la hauteur de son potentiel) et par la recherche d’excellence. Ce type de perfectionnisme a été associé à des impacts positifs sur la santé mentale, les relations sociales et les performances, à un meilleur rendement scolaire, à une estime de soi positive, à une motivation intrinsèque et à une meilleure satisfaction de vie (Bélanger, 2020, Lecours et al. 2021, Brasseur et Cuche, 2017).


Le perfectionnisme négatif est, quant à lui, aussi appelé perfectionnisme malsain, préoccupations perfectionnistes (Bélanger, 2020) ou perfectionnisme prescrit par les autres (Hewitt, 2020). Il est caractérisé par une préoccupation importante de commettre des erreurs, par se percevoir comme incapable de performer selon la norme, selon ce qui est attendu de l’autre (Bélanger, 2020), et par le fait d’avoir des doutes sur ses actions. Ce type de perfectionnisme a été associé à des problèmes psychologiques (comme la dépression) et relationnels, à une baisse des performances, à un faible rendement scolaire, à une faible estime de soi et à une motivation extrinsèque (Bélanger, 2020, Lecours et al. 2021).


Ces deux catégories de perfectionnisme sont distinctes, mais non-exclusives, c’est-à-dire qu’il est possible pour un individu de démontrer les deux types de perfectionnisme. Un individu pourrait démontrer une tendance égale aux deux formes de perfectionnisme ou avoir une des deux formes plus présente.

POS : perfectionnisme orienté ver soi PPA : perfectionnisme prescrit par les autres

Figure. Deux types de perfectionnisme chez les personnes douées

Tiré de Lecours et al. 2021


Selon Bélanger (2020) le développement d’un perfectionnisme négatif ou malsain a été associé:

  • au manque de défis précoces durant la scolarité

  • à l’obtention d’excellents résultats scolaires sans avoir à travailler, à faire d’effort

  • au sentiment d’être différent et déconnecté des pairs du même âge.

Selon une méta-analyse de Grugan et al. (2021) rapportant les résultats de 36 études empiriques, les conséquences d’un perfectionnisme orienté vers soi chez les personnes douées sont positives (meilleur rendement scolaire, motivation, bien-être) ET négatives (moins de bien-être et de motivation). Alors que les conséquences d’un perfectionnisme prescrit par les autres sont uniquement négatives (dépression, neurotisme – être négatif, faible rendement et faible estime de soi). Toujours selon ces études, les élèves doués ont de plus hauts niveaux de perfectionnisme orienté vers soi, mais pas de celui prescrit par les autres, ce qui est plutôt positif. Toutefois, ces recherches ont des limites (comme le faible échantillonnage, le biais d’échantillonnage) et les études empiriques ne corroborent pas toujours les observations cliniques (Lecours et al. 2021). Encore une fois, il n’existe pas de consensus et il est donc important de garder l’esprit critique lorsqu’il est question de perfectionnisme et de douance intellectuelle.


Pour en savoir plus sur la douance intellectuelle, voir mes autres articles à ce sujet.

Article précédent


Références

Bélanger, M. (2020). Mieux comprendre le perfectionnisme chez les individus doués intellectuellement (haut potentiel). Dans CIDDT - Centre intégré du développement de la douance et du talent. Récupéré de https://ciddt.ca/mieux-comprendre-le-perfectionnisme-chez-les-individus-doues-intellectuellement-haut-potentiel/


Brasseur, S., Cuche, C. (2017). Le haut potentiel en questions. Éditions Mardaga.


Caron, M.J., Authier, É., Attié, M., Duval, J., Guay, M.C. (2021). 10 questions sur… La douance et la double exceptionnalité chez l’enfant et l’adolescent. Éditions Midi Trente.


Clobert, N et Gauvrit, N. Sous la direction de. (2021). Psychologie du haut potentiel. DeBoeck Supérieur.


Colloque Douance du Centre de Service Scolaire Marguerite-Bourgeois. (2021). Pour des expériences pleines de potentiel ! Ensemble de conférences d’experts.


Grugan, M. C., Hill, A. P., Madigan, D. J., Donachie, T. C., Olsson, L. F., & Etherson, M. E. (2021). Perfectionism in Academically Gifted Students: A Systematic Review. Educational Psychology Review, 33(4), 1631-1673.


Hewitt, P. L. (2020). Perfecting, belonging, and repairing: A dynamic-relational approach to perfectionism. Canadian Psychology/Psychologie canadienne, 61(2), 101–110.


Lecours, V., Cimon-Paquet C. et Bérubé-Deschênes, N. (2021). Les deux côtés de la médaille : le perfectionnisme chez les élèves doués. Colloque Douance Centre de service scolaire Marguerite Bourgeois.


Mise à jour du 22 novembre 2022: Ajout du lien Article précédent à la fin de l'article.