Douance et hypersensibilité (4)

Dernière mise à jour : il y a 4 jours

Note: Cet article est le quatrième d'une série de 5 sur la douance intellectuelle


Les personnes douées intellectuellement sont-elles hypersensibles ? Cette question est très controversée et on peut lire une réponse et son contraire. En réalité, actuellement, il n’existe pas beaucoup d’études scientifiques sur ce sujet. Certains auteurs (par exemple Brasseur et Cuche, 2017) prétendent que les personnes douées ne sont pas plus hypersensibles que le reste de la population. Toutefois, il est intéressant de nuancer cette réponse.



Source image Pixabay


En effet, étant donné la biologie du cerveau des personnes douées (voir l’article sur les caractéristiques de la douance), il est logique de penser qu’elles ressentent, de façon générale, plus intensément. Cette capacité à ressentir s’appelle l’hyperesthésie. Elle concerne aussi bien la sensibilité sensorielle (le son, les odeurs…) que la sensibilité émotive. Mais est-ce que ressentir plus intensément est synonyme d’hypersensibilité ?


Pas obligatoirement si l’on en croit plusieurs auteurs, comme Brasseur et Cuche (2017). Elles expliquent la différence entre la réactivité émotionnelle (qui est déterminée par des facteurs physiologiques, c’est la perception des stimuli externes) et l’intensité affective subjective (qui est le traitement cognitif des informations perçues, soit le « ressenti » de la personne).


Selon une recherche des auteurs datant de 2013, ni la réactivité émotionnelle, ni l’intensité affective subjective sont plus importantes, plus fortes ou plus intenses chez les personnes douées. Mais il existe très peu d’études sur le sujet.


D’autres auteurs disent qu’au contraire, « les enfants doués traiteraient différemment l’information que leurs sens acheminent au cerveau » (comme Bélanger, 2019). Ainsi un très grand nombre de ces enfants ressentent soit plus intensément (hypersensibilité) soit moins intensément (hyposensibilité) certains éléments de leur environnement (comme la lumière, le bruit, le froid, la faim, le toucher…).


Une autre façon de réfléchir la notion d’hypersensibilité est l’hyperexcitabilité (ou l’hyperstimulabilité), overexcitabilities telle que formulée par Dabrowski, psychologue et psychiatre polonais (Clobert et Gauvrit, 2021). L’hyperexcitabilité est une sensibilité plus élevée aux stimuli. Ainsi, selon certaines études, les personnes douées intellectuellement auraient les sens plus aiguisés (Caron et al. 2021), ce qui constituerait un atout plutôt qu’un trouble ou une faiblesse. Selon Dabrowski (2016 pour l’édition française, mais théorie développée en 1964), les hyperexcitabilités peuvent être :

  • sensorielles : sensibilité aux stimuli externes comme le sens des couleurs, des formes, les perceptions visuelles, olfactives, auditives, tactiles

  • émotionnelles : état d’agitation et de dépression, de sympathie ou d’antipathie envers soi-même et le monde, d’insatisfaction face à soi-même et à l’environnement, grande empathie

  • intellectuelles : besoin de stimulation intellectuelle, besoin d’apprendre, de questionner, de comprendre

  • imaginatives : se révèle sous forme de rêvasseries, dans l’intensification des rêves nocturnes, dans les illusions, dans la survenue d’idées artistiques

  • psychomotrices : développement des hyperkinésies fonctionnelles, des tics, aptitude à l’action.

Selon Dabrowski, « aucune des formes d’hyperexcitabilités ne se développe isolément. D’ordinaire, il y a combinaison avec prédominance de telle ou telle forme ». Ces hyperexcitabilités peuvent entraîner des difficultés d’adaptation à l’environnement, ce qui pourrait être une cause de consultation.


Pour en savoir plus sur la douance intellectuelle, voir mes autres articles à ce sujet.

Article précédent Article suivant


Références

Bélanger, M. (2019). La douance. Comprendre le haut potentiel intellectuel et créatif. Éditions Midi Trente.


Brasseur, S., Cuche, C. (2017). Le haut potentiel en questions. Éditions Mardaga.


Caron, M.J., Authier, É., Attié, M., Duval, J., Guay, M.C. (2021). 10 questions sur… La douance et la double exceptionnalité chez l’enfant et l’adolescent. Éditions Midi Trente.


Clobert, N et Gauvrit, N. Sous la direction de. (2021). Psychologie du haut potentiel. DeBoeck Supérieur.


Mise à jour du 22 novembre 2022: Ajout des liens Article précédent et Article suivant à la fin de l'article.